top of page

L’or a connu en février l’une de ses plus fortes baisses mensuelles depuis juin 2021

L’or est connu pour son statut de valeur refuge en cas de troubles dans le paysage géopolitique et économique. Les investisseurs y trouvent toutefois moins d’intérêt quand d’autres produits financiers deviennent plus rentables.

L’or a baissé de plus de 6 % en février et se négociait à 1812,20 $ l’once le 28 février, soit son plus bas niveau depuis décembre 2022. C’est ce que rapporte l’agence de presse Reuters qui précise que le métal jaune se dirigeait alors vers sa plus forte baisse mensuelle depuis juin 2021.


A l’époque, l’or avait chuté d’environ 8 % en un mois, ce qui correspondait à sa plus forte baisse depuis 2016, en raison notamment d’une évolution inattendue de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine. La situation actuelle présente certaines similitudes puisque la baisse de l’or est liée aux craintes de nouvelles hausses des taux directeurs de la Fed, en plus de la pression d’un dollar plus fort.


Une telle conjoncture améliorerait en effet le rendement d’autres produits financiers, comme les obligations, suscitant davantage l’intérêt des investisseurs au détriment de l’or, qui ne produit ni intérêts ni dividendes.


Avant de connaitre ces semaines de baisse prolongée, notons que le métal jaune a atteint début février son plus haut niveau depuis avril 2022. La tendance pourrait donc facilement s’inverser, notamment si l’inflation perd en puissance et que le dollar s’affaiblit.



L’or ferait alors valoir encore une fois son statut de valeur refuge et ses cours pourraient alors vite repartir à la hausse. Pour rappel, le négociant Heraeus Precious Metals a tablé en décembre dernier sur un prix de l’or évoluant dans une fourchette allant de 1 620 à 1 920 $ par once troy sur l’ensemble de l’année 2023.

0 vue0 commentaire
bottom of page