top of page

Nigeria: La Valeur boursière des 12 plus grandes banques cotées a augmenté de 745 millions $



Ces banques dont les valeurs boursières étaient assez basses en comparaison avec d’autres secteurs et celles d’autres pays bénéficient d’une conjoncture favorable sur les revenus d’intérêts et d’un marché de change des devises qui s’est légèrement amélioré.



La valeur boursière des 12 banques qui ont la plus grande valeur boursière sur le Nigeria Stock Exchange a progressé d'un montant équivalent à 745 millions $ depuis le 1er janvier 2023, selon des données de marché consultées le 10 mai par l'Agence Ecofin. Peu de commentaires ou analyses sont publiquement disponibles sur cette performance, mais quelques éléments de l'actualité financière au Nigeria permettent de construire des hypothèses.


Le premier est la poursuite par la Banque centrale de sa politique visant à contrer la hausse des prix dans le pays par une augmentation de ses taux directeurs. S'appuyant sur le sensible maintien de la progression des prix à plus de 18% en mars dernier, l'institution d'émission et de contrôle de la monnaie a estimé qu'il fallait renforcer ou maintenir à un niveau élevé ses principaux taux directeurs.


Pour les banques, cela sous-tend que les revenus d'intérêt continueront de progresser, ainsi que les marges nettes. Les résultats du premier trimestre 2023 confirment cette hypothèse. Pour des banques comme Zenith, Access Bank, Stanbic Bank Nigeria ou encore United Bank for Africa, on a pu relever que pour des encours de crédit et d'investissement sur les titres globalement en baisse dans leurs bilans, les bénéfices nets des trois premiers mois de l'année ont significativement progressé, sur fond de hausse des revenus d'intérêts.


Avec des investissements sur les titres d'emprunts de l'Etat central nigérian, qui restent importants, la tendance à la hausse des revenus pour des charges quasi stables risque de se poursuivre. En effet, des analystes prédisent que les rendements sur l'obligation de référence du gouvernement nigérian, qui a une maturité de 10 ans, sont proches de 14,5% (au 10 mai 2023) et devraient atteindre le seuil record de 17% en janvier 2024.


Le deuxième élément, c'est que les banques cotées du Nigeria ont proposé des dividendes en hausse pour l'exercice 2022. En raison d'une perception des investisseurs qui misent sur la crédibilité du Nigeria en tant qu'émetteur, les investisseurs ont jusque-là négligé de mettre de la ressource sur un secteur où la valorisation boursière est faible, avec des ratios moyens de cours sur bénéfice qui sont proches de 3.


L'évolution de cette performance boursière sera à suivre. Le Nigeria fait face à plusieurs transitions. Le prix de sa principale ressource d'exportation (pétrole) continue de reculer sur le marché mondial et l'annonce récente d'un niveau surprenant de stocks élevés aux Etats-Unis ne plaide pas en faveur d’une embellie.


L'inflation tarde à reculer et devrait progresser, car les autorités ont anticipé en 2022 une récolte difficile, qui devrait agir sur l'offre des aliments et donc sur leurs prix.


Enfin, la décision du nouveau président de maintenir ou non les subventions devrait avoir des conséquences sur la disponibilité des réserves en devises du pays.


0 vue0 commentaire
bottom of page